en cours / in progress

Qui es tu? C'est quoi Laval-Ouest?
Je m'appelle Thierry Lord, j'ai 24 ans et ça fait le même nombre d'années que j'habite Laval-Ouest. J'ai donc évidemment développé un attachement pour ce quartier en constante mutation. En effet, les chalets des années 40 côtoient les bungalows des années 60 et 70 ainsi que les semi-détachés des années 90 et même les condos des années 2000. Certes, il y a certains regroupement (surtout dans les nouveaux développements) mais la plupart des rues offrent une grande variété «d'architectures», ce qui est de plus en plus rare de nos jours. À l'origine un endroit de vacance (voir les chalets) pour de riches anglophones au début du 20e siècle, ce quartier passa ensuite dans les mains d'une classe ouvrière cherchant des maisons à prix modiques et devenu plus tard un quartier pour la classe moyenne, ce qui contrastait avec le club de motard des Popeyes, plus tard Hells Angels North, qui y fit place dans les années 60 jusqu'à 80. Le massacre de Lennoxville en 1985, qui décima le club, mis fin au crime organisé des motards dans ce quartier. Laval-Ouest est depuis ce temps en pleine mutation et gentrification.

Pourquoi ce projet?
Depuis l'âge de 17 ans, je pratique l'art de la photographie et j'en ai même fais mes études collégiales. Depuis ma graduation, je fus déçu par le monde commerciale de la photographie et décida de ne pas poursuivre ma carrière dans ce domaine, même après avoir été un des gradués de Dawson avec le plus de potentiel. Le sentiment de honte et le sentiment de compétition (je voulais toujours me dépasser et dépasser mes collègues) tuèrent à petit feu ma passion pour cet art et le clou dans le cercueil fut l'acceptation d'un travail temps plein dans un bureau.

En automne 2014, j'effectue un retour à l'école et un vent de renouveau souffle dans ma vie. En prenant des photos simples mais esthétiques de mon quartier avec mon téléphone cellulaire et en les publiant sur le réseau Instagram, mon intérêt pour la photographie renait tranquillement et l'appréciation des photos par mon entourage m'encourage. Mais quelque chose a changé. Je me sens plus léger et j'aime vraiment ce que je fais. Pour la première fois depuis mon début à l'école en photographie, je produis des images pour moi et non pour les autres. Je ne produis plus des images pour impressionner mais bien pour m'exprimer. J'éprouve du plaisir à produire cette série et photographier durant la nuit, dans le silence avec le bruit des autos au loin, amène un certain sentiment de paix en moi. Pour une des rares fois depuis les dernières années, je déconnecte du monde virtuel et réel, sans musique, sans personne à discuter par messages instantanés, sans personne autour de moi; je me retrouve seul avec moi même. Cela me permet de réfléchir sur moi, mes agissements, mon avenir, mon passé et cela me permet aussi de sortir réellement (non temporairement) de mon sentiment d'aliénation que j'ai développé depuis que je suis adulte.

C'est quoi le but? Que dois-je en retirer?
À travers ces photos nocturnes de Laval-Ouest, le concept est d'exprimer ma nostalgie dans un monde qui change de plus en plus rapidement ainsi que de d'illustrer la beauté et la paix de la nuit. Cet exercise me permet de purger le négatif en moi, le refus de vieillir, le refus du changement. Du côté technique, je démontre que le banal peut être beau, que l'éclairage artificiel lors de la nuit est une chose que je trouve superbe et intéressante à exploiter en tant que technicien de la lumière. Au final, j'aimerais sensibiliser le spectateur aux scènes nocturnes et banales dans son quotidien; car même si c'est cliché à dire, je trouve que le bonheur se retrouve dans les petites choses de la vie, surtout dans notre monde moderne axé sur la rapidité et l'efficacité. Philosophiquement, la nuit est le moment parfait pour le cadre de ce projet puisque surtout en banlieue, je vois la nuit comme un arrêt ou un ralentissement dans le temps; un arrêt ou un ralentissement des activités humaines.

Ce projet va-t-il faire renaître en toi le goût de devenir photographe professionnel?
Peut-être mais pour l'instant la réponse est non. Je ne veux plus vivre de la photographie mais je vais définitivement continuer pour mon propre plaisir, essayer d'autres approches à cet art et cette série sera le premier chapitre de cette renaissance.

-Thierry Lord

http://www.thierrylord.com/files/gimgs/26_lavalouest8web.jpg
http://www.thierrylord.com/files/gimgs/26_lavalouest9web.jpg
http://www.thierrylord.com/files/gimgs/26_lavalouest7web2.jpg
http://www.thierrylord.com/files/gimgs/26_lavalouest6web.jpg
http://www.thierrylord.com/files/gimgs/26_lavalouest4web.jpg
http://www.thierrylord.com/files/gimgs/26_lavalouest3web.jpg
http://www.thierrylord.com/files/gimgs/26_lavalouest5web.jpg
http://www.thierrylord.com/files/gimgs/26_lavalouest2web.jpg
http://www.thierrylord.com/files/gimgs/26_lavalouest1web.jpg